Alceis, le Blog

Arrivée à Tokyo

Version imprimableEnvoyer à un amiversion PDF

Ce n’est pas la première fois que Valérie et Philippe sont expatriés : ils ont passé quelques années à Singapour voici une dizaine d’années, avant de revenir en France pour un séjour prolongé. Les deux aînés étant lancés dans les études supérieures, le fils dans une grande école d’ingénieurs, la fille à Sciences Po Paris, ils ont pu accepter un poste à Tokyo. Leur fille cadette, en classe de Première, est élève au lycée français. « Elle a un peu grincé des dents car c’est difficile à 16 ans de quitter ses amis, mais le lycée est excellent et elle commence à se faire des nouveaux amis » explique Valérie qui a déjà trouvé un professeur de piano pour la jeune fille mais est encore à la recherche d’un cours de danse classique. En ce qui la concerne,  Valérie est très occupée : « pendant tout le mois dernier, j’étais prise tous les jours, pour un déjeuner, une visite, un cinéma… ». Elle est membre de deux associations, l’une franco-japonaise, l’autre, plus classiquement, l’association des Français au Japon. Grâce à la première, composée de françaises et de japonaises francophones, elle découvre la culture nippone : « je fais partie d’une chorale ; il y a une belge, une luxembourgeoise, toutes les autres sont japonaises. Nous sommes allées à un entrainement de Sumos, nous faisons des sorties nature ». Avec la seconde association, elle s’est rendue à l’accueil organisé par l’ambassade de France : « c’est bon de rencontrer de nouvelles copines qui viennent d’arriver comme moi ».

Le plus difficile au début était de faire les courses. Valérie a été aidée par l’épouse d’un collègue de son mari qui lui a montré où faire ses courses. « C’est très surprenant, les magasins sont en sous-sol », indique Valérie. « Il y a un grand supermarché sous la gare de Shybuya, et près de chez moi, j’avais vu en rez-de-chaussée des magasins de luxe –pas trop mon genre-, mais au sous-sol j’ai trouvé les magasins d’alimentation grâce à une voisine française avec laquelle j’ai été mise en contact par une voisine parisienne ! »
Elle voit tout de même un peu son mari, même si celui-ci est bien occupé. Ils déjeunent ensemble un jour par semaine. Philippe travaille sur l’ensemble de la zone Asie pour son entreprise française. Il travaille donc avec des Japonais, certes, mais aussi avec des Chinois, des Coréens, des Australiens… Le couple trouve aussi le temps de se promener ensemble le dimanche, pour des découvertes culturelles ou touristiques : « les parcs au Japon sont magnifiques. De plus, nous vivons dans un quartier très calme, mais nous sommes à cinq minutes de Shybuya avec toute son agitation ».
Un bilan très positif après deux mois : l’appartement est parfait, la sociabilisation en bonne voie. Valérie s’inquiète parfois pour ses aînés, mais elle communique au moins une fois par semaine avec son fils et sa fille via Skype. Elle est aussi venue passer quelques jours avec eux en France début novembre.  Pour autant, les sujets d’étonnement ne manquent pas : « j’ai sympathisé avec la mère d’une étudiante japonaise qui étudie le français et que nous avions reçu chez nous en France. Son mari est médecin spécialiste et je sais qu’il a des consultations du lundi au samedi. J’ai donc proposé d’inviter le couple et leur fille un dimanche : eh bien, la mère et la fille viendront, mais le père ne viendra pas, il joue au golf le dimanche ! »

label magellan coaching 2015
 
relocation Paris

Marielle was very helpful and patient and I do not think I could have got anywhere to whe

expatriation Etats-Unis; relocation

Un petit mail pour vous donner de nos nouvelles. L’installation personnelle s’est bien passée.

relocation Paris

Super service, super support, Nathalie est un atout important pour votre équipe.

expatriation

Tout d'abord je tiens à vous remercier pour votre aide très précieuse et votre efficacité dans ce