Alceis, le Blog

Le temps s’accélère-t-il ? Conceptions occidentale et chinoise diffèrent

Version imprimableEnvoyer à un amiversion PDF
temps interculturel

Le 5 mai dernier, l’émission Grand bien vous fasse animée par Ali Rebeihi sur les ondes de France Inter avait pour thème « retrouver du temps pour soi ». L’intérêt de cette émission à nos yeux ? Des invités[1], dont une auteure française vivant à Pékin, abordent la question de l’accélération du temps (ou de la perception que nous en avons) en Occident et en Chine. Des échanges où chacun se retrouvera, qui manquant de temps, ou qui se plaignant de trouver le temps long.

Le temps est-il donc un ennemi qui fomente des plans contre nous ou faut-il s’inspirer de la sagesse chinoise ?

L’obsession de remplir son agenda, la peur du vide et de la frustration est significative de notre vie contemporaine, avec derrière la peur de se retrouver face à soi-même. Mais alors, qu’arrive-t-il à ceux qui ont du temps (les chômeurs, les retraités, précise Ali Reibehi – et j’ajoute les conjoints expatriés qui après la période d’installation se trouvent souvent devant trop de temps avant d’élaborer leur propre projet) ? Eh bien, ceux qui se trouvent dans l’incapacité de remplir leur emploi du temps, après une période anxiogène, trouvent des solutions. Ils se régénèrent, apprennent qui ils sont, ils évoluent, et peuvent devenir créatif dans cet espace libéré. L’observatoire des consommations émergentes a effectué une étude en 2016 sur le temps dans six pays auprès de 12.000 personnes. Un sujet qui revenait souvent est le temps comme obstacle à la réalisation de nos aspirations. 74% des répondants estimaient que le rythme dans nos sociétés est trop rapide, 78% souhaitaient ralentir ce rythme. Certes les gens souhaitent se déconnecter sur le plan numérique, mais c’est pour mieux se reconnecter avec soi-même.

Voici cinquante ans, on était organisé autour d’un temps binaire, avec la maison et le travail, le privé vs. le public. On serait passé sur un temps unique où tout se mélange, y compris le privé et le public. En serait-on arrivé à une troisième phase, avec le besoin de « temps pour soi », sans toujours savoir ce que recouvre cette expression. Un temps de réalisation personnelle ? Cela voudrait dire qu’on ne se réalise pas au travail, et que l’on ne se réalise pas non plus à la maison.

Vivre à propos

Prendre du temps pour soi, être une utopie ? Nous ne changerons pas en un clin d’œil, il faut se préparer. En Chine, vu de France, on a l’impression que tout le monde s’agite. En fait, dans la culture chinoise, tout va à la fois extrêmement vite et extrêmement lentement. La capacité à concilier l’accélération économique et digitale et de prendre le temps de se promener, ou de faire du taï-chi. La dimension du temps relationnel est encore très présente dans la Chine d’aujourd’hui. Il y aurait selon Christine Cayol une sagesse paysanne qui consiste à penser que ce n’est pas en tirant sur les plantes qu’on les fait grandir et que la question du temps est celle du bon moment, du moment juste. Il ne s’agit pas de vitesse ou de lenteur, mais, comme l’écrivait Montaigne, de « vivre à propos », de manière ajustée à l’environnement et aux personnes que l’on rencontre. La seule question à se poser serait donc : est-ce le bon moment pour faire cela ? Cette sagesse permet de concilier action et disponibilité, patience et réactivité.

Il y a bien sûr la pression des nouvelles technologies qui nous rend disponible à toute heure, d’où la nécessité de prendre du temps pour soi (ou pour sa famille). Le lâcher-prise est en vogue en Occident, mais ne parle pas aux Chinois qui, toujours selon  Christine Cayol, ne se poseraient pas tant de questions : il s’agit de prendre ce qui vient et de ne pas voir le temps comme un ennemi. Les Chinois ne cherchent pas à maitriser le temps, ils le considèrent comme un ami. La capacité à improviser, façon de répondre à l’incertitude serait la réponse chinoise.

Ce serait donc le fait d’avoir un temps unique qui poserait problème aux Occidentaux. Il faudrait donc varier le temps, comme il faut varier son alimentation.

 

 

label magellan coaching 2015
 
expatriation Etats-Unis; relocation

Un petit mail pour vous donner de nos nouvelles. L’installation personnelle s’est bien passée.

relocation Paris

Super service, super support, Nathalie est un atout important pour votre équipe.

expatriation

Tout d'abord je tiens à vous remercier pour votre aide très précieuse et votre efficacité dans ce

relocation Paris

Marielle was very helpful and patient and I do not think I could have got anywhere to whe